L’iridologie n’est pas une branche de l’ophtalmologie, ni une technique divinatoire, encore moins une technique de diagnostic médical classique, mais une technique d’observation de l’iris des deux yeux, en vue d’établir un bilan de santé. Elle  permet d’apprécier et de déterminer l’état global de santé d’un individu. L’iridologie n’a aucun pouvoir thérapeutique c’est simplement un outil de prévention qui s’inscrit  dans la démarche du naturopathe et qui lui permet de décoder certaines faiblesses innées, notre capital santé.

L’iris est la partie colorée visible de l'œil. Il est percé en son centre d'un orifice, la pupille. Richement vascularisé et richement innervé (plus de 500 000 filaments nerveux y aboutissent), l’iris reçoit des informations en provenance de toutes les zones du corps. Il règle également la dilatation de la pupille en fonction de l'ambiance lumineuse et des émotions.

Le naturopathe iridologue étudie en premier lieu  la couleur de l’iris, les différents cercles qui composent l’iris,  la densité et l’homogénéité de la trame irienne. Vient ensuite la sémiologie, c'est-à-dire l’étude des signes iriens, à savoir, les dépigmentations locales, les tâches ou encore les ogives… .  L'iris renseigne donc sur plusieurs points.

Les différentes zones sont une représentation miniature du corps humain qui met en évidence les prédispositions de chacun à l'assimilation, la digestion, l'état du système nerveux, les capacités d'élimination... La localisation des signes correspond à une fonction ou à un organe. L’iridologie permet donc par l’étude de ces signes de détecter les tendances et de déterminer :

- le degré de vitalité de la personne
- la nature
dessurcharges métaboliques (oxydation, fermentation, toxines…).
- la capacité d’élimination des différents émonctoires (foie, intestins, reins,  peau, poumons)
- l’état psycho-émotionnel de la personne (
état de stress, d’anxiété, de dépression…)
-
l’état de santé de l’appareil digestif
-
les perturbations endocriniennes

L’iridologie n’est pas un diagnostic médical, mais un bilan de terrain et énergétique, donnant à chacun un reflet de sa santé. Les signes iriens étant présents bien avant que la maladie ne se déclare, il est donc aisé de constater les déséquilibres pouvant induire des troubles fonctionnels, des lésions organiques ainsi que des ralentissements d’échanges cellulaires. Il donne le reflet du capital santé du consultant mais aussi des erreurs imputables à une mauvaise hygiène de vie venant affecter le bon fonctionnement de l'organisme.

Cette cartographie de l’œil est au centre de la démarche d’analyse.

 carte-iridologie (1)
L’étude de l’iris s’effectue en plusieurs étapes :

1) La couleur :

Chacun d'entre nous possède un iris de couleur différente. Les iridologues ont dressé trois principaux « profils » constitutionnels, en se basant notamment sur la couleur des yeux :

Lymphatique (yeux bleus ou gris) : système immunitaire fragile, prédispositions aux allergies, aux rhumatismes, à l’asthme, à l’eczéma, aux migraines, aux infections des voies respiratoires supérieures, à l’arthrIridologieite, etc. Il conviendra de stimuler au maximum la fonction rénale, l’élimination des colles et des cristaux par le biais de drainage, d’hydrothérapie, de cure thermale et stimuler l’immunité.

Hématogène (yeux bruns) : sensibilité aux troubles circulatoires, hépatiques et bilieux, le diabète, cholestérol, les spasmes nerveux digestifs, etc. Le maitre mot est fluidifier, il faut lutter contre l’épaississement du sang et donner de la souplesse aux tissus. Limiter par conséquent les apports d’acides saturés (viande, charcuterie, beurre …) au profit des acide gras polyinsaturés (huiles : olive, colza, noix, …), et aider le foie à filtrer. Attention aux excitants (thé, café, soda...).

Biliaire (yeux mixte ni brun, ni bleu) : ce profil réunit et associe les caractéristiques des deux précédents : allergies, problèmes de foie et des systèmes urinaire et digestif, faiblesse glandulaire, avec en plus une forte prédominance du système nerveux etc. Il sera de mise de contrôler les apports alimentaires ainsi que leurs combinaisons et leurs indices glycémiques. Les sucres sont leurs pires ennemies.

La couleur de l’iris est l’un des premiers éléments que relèvera le naturopathe iridologue, ensuite il s’attachera aux autres sources d’informations, à savoir les cercles ou anneaux, ainsi que la densité de la trame irienne (révélatrice de la vitalité de la personne) et de l’état de la pupille en lien étroit avec la sphère psychologique.

 2) L’iris est constitué de différents cercles ou anneaux :

irido

Le cercle 1 : ourlet pupillaire interne
Ce cercle est le témoin de la vitalité et de la résistance immunitaire aux agressions diverses.

le cercle 2 : anneau gastrique
Il permet d’estimer les différents troubles gastriques comme les ptoses, l’aérophagie, les états inflammatoires de la muqueuse (ulcère, gastrite…)

le cercle 3 : anneau entéro colique
Il permet d’observer les pathologies digestives basses, l’intestin, le colon…

le cercle 4 : la collerette ou anneau orthosympathique
Ce cercle nous renseigne sur l’état psychologique de la personne, irritabilité, colère intense, nervosité, dépression. Selon sa couleur elle renseignera également sur l’acidité et les glandes endocrines de la personne.

le cercle 5 : anneau endocrinien et cardiovasculaire
Les glandes endocrines et la chaine ganglionnaire lymphatique se retrouve dans ce cercle. De même le système cardiovasculaire y est représenté par la grande circulation (les gros vaisseaux).

le cercle 6 est attaché aux différents organes et sera à étudier secteur par secteur,

le cercle 7 : anneau sodique ou lymphatique
Il  correspond aux petits capillaires avec les risques d’hypertension, d’acouphènes, vertiges mais également  à la peau.

le cercle 8 : anneau de circulation périphérique
Avec le système veineux, la circulation périphérique, le système capillaire. Les dyslipidémies ou les états congestifs, de même que les surcharges toxiniques apparaitront dans cet anneau.

3) La tonicité des fibres :

Les fibres  qui composent la trame de l’iris donnent une impression générale de l’état de santé. Ainsi, la fermeté ou, à l’inverse, le relâchement des fibres sont en relation avec la résistance. Habituellement, plus la trame est serrée, fine, dense, régulière, et homogène, plus la constitution du sujet est robuste, la résistance immunologique et la capacité d’adaptation sont élevées. En revanche, plus les fibres sont relâchées, distendues, laissant apparaitre entre les fibres ondulées de nombreuses lacunes, plus le sujet est fatigable et à du mal à maintenir son intégrité face aux atteintes physiques et psychiques.

4) Sémiologie :

images (8)yeux-marronyeux-vertSonia_IG1

 
Cette étude des signes nous renseigne sur différents troubles que peut ressentir le consultant. On notera :

-Les surcharges toxiniques qui se traduisent par exemple par des dépôts, des petits flocons ou encore des halos, parfois vis ibles à l’œil nus.

- Des taches de différentes couleurs et densité.  Elles peuvent être toxiniques (coloration par des métaux…), résiduelles (elles traduisent souvent un processus dégénératif), métaboliques (éventuel processus inflammatoire)…

- Des anneaux de crampes, sorte de filet circulaire blanchâtre, ils renseignent sur l’état neuro-végétatif ou psychologique de la personne.

- Des radii-solaris, ils ressemblent à des rayons de roue de vélo et informeront sur un état de dystonie ou d’hypertonie neuro végétative autrement dit le degré de stress, d’anxiété ou d’angoisses perçu par la personne.

Bien d’autres signes sont encore visibles dans l’iris comme les cryptes ou l’étude de la pupille, mais ceux-ci sont les principaux et il serait bien trop long de tous les détailler.

empreinte-irisMalgré l’ancienneté de cette technique, qui date quand même de 1670, il existe des détracteurs à l'iridologie, c’est normal,  le parallèle peut être vite fait avec la biométrie par l'œil. C’est l’un des systèmes biométriques les plus fiables. En effet, l'iris, est unique pour toute personne, ainsi deux vrais jumeaux auront 4 iris différents et l’iris reste quasiment identique tout au long d’une vie. De ce fait, ceci exclue qu'un évènement pathologique quelconque puisse modifier la moindre  partie de l'iris ! Cependant l’iris  peut subir quelques variations dans le temps : vieillissement de la cornée, taches toxiniques acquises, petites suffusions hémorragiques. Aussi les algorithmes de reconnaissance irienne ne tiennent probablement pas compte d'un certain nombre d'éléments, qui peuvent être sujet à variation temporelle.

Mais ?????  l'examen irien se fonde bien sur les caractères morphologiques des iris ?

Et bien oui, mais l'iridologie n'est pas un moyen diagnostic de maladies passées ou présentes et ne permet pas d’établir de diagnostic précis au sens médical du terme. En revanche, le terrain est d'ordre génétique, comme un capital de naissance, qui ne varie pas au cours de l'existence. L'image de l'iris non plus en conséquence. 

Associer à l’anamnèse, l’iridologie permet au praticien d'analyser le terrain et les tendances pathologiques innées (points faibles de l'organisme), afin d’individualiser ses protocoles dans le but de proposer un rééquilibrage alimentaire adapté, une cure de drainage ou de revitalisation à l’aide d’adjonction éventuelle de compléments alimentaires ciblés pour permettre au corps l’accès à ses propres ressources.

Mlle ORTIGUE Vanessa
Naturopathe / Réflexologue
www.vanaroms.fr