jambes-lourdes-femme

Notre corps compte environs 100 000kms de vaisseaux sanguins et lymphatiques.  Lorsque la circulation se ralentit, s'interrompt, différents troubles apparaissent comme les Jambes lourdes, gonflées, varices, douleurs, fourmillements, crampes, hémorroïdes… Ces symptômes ne sont pas des signes anodins et les complications peuvent devenir plus graves avec le temps comme les varicosités (veinules distendues) voire les varices ou encore troubles cardiovasculaires.

Dans le cas des varices le sang circule mal, lentement ou à contre courant, il risque de former un caillot qui peut:

  1. Rester sur place dans les varices, c'est la phlébite superficielle (périphlébite ou paraphlébite). Très inesthétique mais sans risque véritable, elle se manifeste par un petit "cordon" dur inflammatoire sous la peau.

  2. S'étendre aux veines profondes, c'est la phlébite, une complication grave. Ce caillot bloque complètement ou partiellement la circulation sanguine dans la veine, comme un bouchon mais surtout si une partie ou la totalité du caillot se détache de la paroi veineuse, il peut migrer jusqu'au cœur, puis obstruer l'artère pulmonaire. On parle alors d'embolie pulmonaire.

  3. Enfin, une plaie peut apparaître dans la région dont la peau est fragilisée. Cette plaie a en général de la peine à guérir, se creuse et provoque un ulcère.

Comment fonctionne la circulation veineuse ?

Quatre « pompes » se chargent d’assurer la circulation sanguine.

Le cœur

Le cœur est le moteur de l’appareil circulatoire. Le sang arrive aux tissus par les artères et retourne vers le cœur par les veines. Les artères distribuent le sang oxygéné, les veines assurent le retour du sang appauvri en oxygène vers le cœur.

La plante des pieds

La plante des pieds est riche en veines. Un peu comme une éponge, elle constitue un réservoir d’environ 30 cm3. L’appui du pied sur le sol éjecte le sang vers les veines de la jambe, contribuant à sa poussée vers le haut. La marche est efficace, à condition de ne pas être confondue avec le piétinement. Ce n’est qu’à partir du septième pas, qu’elle favorise le retour veineux. Le rôle de la plante des pieds est supprimé par la position statique et par le port de semelles à talon très hauts.

Les muscles

Les muscles des jambes, surtout ceux des mollets, sont riches en veines. Ils constituent un réservoir de 70 cm3 qui fonctionne comme un « cœur périphérique ». En se contractant, les muscles compriment les veines et propulsent de nouveau le sang vers le haut. Lorsque les muscles se relâchent, les valvules des veines, si elles sont en bon état, empêchent le reflux vers le bas. 

Les pompes plantaire et musculaire, sont pleinement efficaces lors de mouvements répétés de façon rythmée, comme la marche. À l’opposé, les stations debout immobile ou assise favorisent la stase veineuse, ou persistance du sang dans les veines des jambes, lourdeur ou douleur des jambes, et varices.

Les poumons

La respiration joue un rôle important dans la circulation sanguine, surtout en position allongée. Le mouvement du diaphragme, au cours de la respiration, fait varier les pressions dans le thorax et l’abdomen. Une bonne respiration favorise la circulation veineuse du sujet couché. 

marche

On comprend bien pourquoi le retour veineux se fait avec difficulté lorsque l’on reste immobile, debout ou assis, les systèmes de propulsion du sang veineux étant moins efficace il se produit une accumulation du sang dans le bas du corps appelée stase veineuse.

veine1

Comment le sang revient au cœur par les veines ?

Un réseau veineux profond, axe principal à gros débit, solide, à forte paroi, protégé par les muscles qui l'entourent, drainant 95% de la circulation de retour (veines fémorales et poplitées).

Un réseau veineux superficiel, axe secondaire à faible débit et aux parois souples, car situé sous la peau, il draine environ 5% de la circulation de retour. Il est constitué par la veine saphène interne qui se jette dans la veine fémorale et par la veine saphène externe qui s'abouche dans la veine poplité. C'est ce réseau superficiel qui est responsable des varices.

Entre les deux réseaux existent des veines dites «perforantes» qui relient les veines saphènes aux veines profondes. Lorsque le retour du sang (reflux veineux) est important, il s'installe à l'intérieur de la veine une tension responsable de troubles sur les tous petits vaisseaux (microcirculation) et au niveau de la peau, aboutissant à l'insuffisance veineuse chronique.

 

varice-300x282

Les veines superficielles comme les veines profondes sont munies d’un système anti retour appelé VALVULES veineuses ; sortes de clapets à l’intérieur des veines, dont la fonction est d’empêcher le sang de refluer vers les extrémités. Lorsque les valvules fonctionnent mal ou qu’une compression est exercée sur le trajet de la veine (comme un caillot), celle-ci va se dilater et le sang sera moins bien acheminé en direction du cœur.

Comment fonctionne la circulation lymphatique

C’est quoi la lymphe ?

La lymphe est une sorte de liquide translucide issu du sang, composé de protéines, électrolytes, glucose, cholestérol, fer, enzymes, hormones et de cellules, en grande partie des lymphocytes, qui circule dans un réseau parallèle aux veines : le système lymphatique. On en trouve dans tout le corps, sauf dans le cerveau ! Sur le trajet des vaisseaux lymphatiques, en particulier au niveau des coudes, de l'aine, de l'abdomen, de la poitrine, du cou et des aisselles, se trouvent les ganglions lymphatiques. Leur mission : filtrer la lymphe et éliminer bactéries, virus et autres substances étrangères qui peuvent s'y trouver. La rate, la moelle osseuse, les amygdales et le thymus font également office de filtres et servent d'entrepôts pour stocker nos cellules de défense : les lymphocytes. N'ayant pas le cœur pour assurer le rôle de pompe, contrairement au sang, il faut une journée complète à la lymphe pour faire le tour du corps. D'où l'expression «lymphatique» pour qualifier quelqu'un de lent.

C'est dans le système lymphatique que l'on trouve les globules blancs. Ces soldats de l'immunité sont capables de reconnaître les microbes déjà rencontrés et donc de donner plus vite l'alerte. D'autres globules blancs, les macrophages, sont chargés de capturer et de digérer ces microbes. Le réseau lymphatique joue donc un rôle clé dans notre immunité en transportant les cellules de défense sur le lieu d'une invasion microbienne. Mais on trouve d'autres substances dans la lymphe, comme des graisses, des toxines, de grosses molécules de protéines dont l'organisme veut se débarrasser. A elle seule, la lymphe évacue 75 % des déchets de nos cellules. Elle a donc également un rôle «d'éboueur».

Troubles de la circulation et conséquences.

Chaque jour, 8 litres d'eau environ sortent des veines, lavent les cellules et sont ensuite réabsorbés à 90 % par les veines et à 10 % par les vaisseaux lymphatiques. Ce mouvement de lavage quotidien suppose un équilibre parfait. Un déséquilibre hormonal ou une inflammation rendent les vaisseaux capillaires trop perméables. Résultat, les déchets passent dans le système lymphatique, s'y accumulent, et le drainage devient insuffisant. 

En cas d'insuffisance veineuse, le système lymphatique prend en charge l'évacuation de l'eau qui circule dans les veines, ce qui conduit rapidement à une saturation du système. En effet, lorsque les petits vaisseaux sanguins appelés capillaires sont soumis à une trop forte pression ou qu’ils sont endommagés, ils peuvent laisser s’échapper des liquides, principalement de l’eau, dans les tissus environnants. L'eau s'accumule et stagne : on parle de rétention d'eau diffuse. Lorsque les capillaires fuient, il y a moins de liquide à l’intérieur du système sanguin. Les reins détectent cette situation et compensent en retenant plus de sodium et d’eau, ce qui augmente la quantité de liquide dans le corps et pousse encore plus d’eau à s’enfuir davantage des capillaires. Il s’ensuit une enflure des tissus et donc des œdèmes.

D'abord, on se réveille avec les paupières gonflées, puis, en fin de journée, ou lorsqu'on reste debout trop longtemps, on a les pieds et les chevilles enflés. Il s'aggrave ensuite par poussées successives déclenchées par les expositions à la chaleur, les modifications hormonales et les longs trajets en avion. «On a tout intérêt à traiter un œdème lymphatique, sinon, au fil des années, il devient de plus en plus volumineux». Enfin, en cas de stagnation prolongée de la lymphe, les vaisseaux sont comprimés et risquent de s'inflammer : c'est la lymphangite, très douloureuse, et souvent accompagnée de fièvre. C'est ce qui arrive souvent aux mères quand elles cessent d'allaiter trop brutalement.

Les crampes la nuit dans les mollets et les pieds, mais aussi le matin au réveil, peuvent être un signe d’insuffisance veineuse et lymphatique. Surtout quand elles s’associent aux autres symptômes caractéristiques (lourdeurs, douleurs, œdèmes.) En effet, la stase veineuse va de pair avec une stase des déchets contenus dans le sang. Ces déchets s’accumulent dans les tissus et entraînent des crampes et des impatiences dans les jambes surtout la nuit.

Quels sont les causes de l’insuffisance veineuse ?

Principalement, l’hérédité : en effet avec 2 parents ayant des varices, le risque de développer soi-même ce type de trouble passe à 90%. Le maitre mot est la prévention dès le plus jeune âge.

L’âge de la personne est aussi une cause essentielle de troubles circulatoires : les veines, comme tout organe et tissu vieillissent (diminution du nombre de fibroblastes  donc des fibres de collagène et élastine, et des cellules musculaires de la paroi veineuse). Pour ralentir cette usure, de nombreuses substances naturelles se relèvent très efficaces comme par exemple le silicium organique, le collagène, la vitamine C naturelle, l’ortie…

Les hormones féminines et la contraception ont une action sur la paroi veineuse. Chez les femmes, les œstrogènes augmentent la rétention hydro sodée, se traduit par une tendance congestive, l’apparition d’une cellulite,  la stagnation du sang dans les vaisseaux et donc l'effet jambes lourdes, tandis que la progestérone tend à rééquilibrer cet effet. Mais au cours du cycle menstruel, les taux de ces hormones varient et les parois veineuses sont mises à rude épreuve ! D'où l'effet jambes lourdes et les douleurs ressenties, en particulier quelques jours avant les règles. A la ménopause, le déséquilibre hormonal naturel augmente particulièrement le phénomène.

Toutes les pilules oestro progestatives, même faiblement dosées, peuvent engendrer des douleurs aux jambes et provoquer une phlébite ou une embolie pulmonaire. Elles peuvent aussi faire éclater des petits capillaires : il n’y a pas de risque pour la santé mais c’est très disgracieux. L’influence excessive des œstrogènes

La grossesse : Lorsqu’une femme est enceinte son utérus peut exercer une pression sur la veine cave, un vaisseau sanguin qui achemine le sang des jambes vers le cœur. Chez la femme enceinte, l’œdème des jambes peut également avoir une origine plus sérieuse : la pré éclampsie; elle est également source de variations hormonales,

Les cas de maladies pulmonaires chroniques (emphysème, bronchite chronique, etc.). Ces maladies augmentent la pression dans les vaisseaux sanguins, produisant une accumulation de fluides dans les jambes et les pieds;

Le surpoids et l'excès de graisse au niveau des cuisses et du ventre, empêche le sang de remonter correctement (du pied vers le cœur) et peut créer certains troubles veineux. Ils favorisent également les œdèmes, notamment au niveau des membres inférieurs, ce qui entraîne leur gonflement. Lorsque le gonflement est important, la peau devient fragile (plus mince) et un risque d’ulcère de jambe apparaît.

Hormis l’inconfort digestif, la constipation par compression veineuse au niveau abdominal. Non seulement le côlon peut comprimer les veines du petit bassin et perturber la circulation sanguine, mais le simple fait d’augmenter les efforts de défécation peut entraîner une hyperpression abdominale et un ralentissement du retour veineux, favorisant ainsi l’apparition des varices et d’ hémorroïdes.

Il en va de même pour le port de vêtements serrés, qui empêchent la bonne circulation du réseau sanguin et lymphatique.

Malheureusement, sous l’effet de la chaleur, les troubles veineux s’accentuent en favorisant une dilatation des veines qui empêche les valvules de remplir leur rôle d’anti-reflux. 

Le tabac et la sédentarité sont aussi des causes très importante.

Le conseil de la Naturo en 10 points : 

Préserver le capital veineux de vos jambes

1) La nutrition du système veineux et capillaire

Les veines et les capillaires sanguins, comme tout organe, et en particulier leurs parois, subissent l’assaut des radicaux libres. Le stress oxydatif est reconnu pour avoir un rôle important dans l’apparition de la maladie veineuse. Vitamines E, C (essentielle pour la synthèse et la protection des fibres de collagène, constituant des épithéliums vasculaires), caroténoïdes et polyphénols, anthocyanes, oligoéléments dont sélénium, manganèse… peuvent vous aider à conserver des jambes légères.

vitaminee

La principale fonction de la vitamine E est sa capacité antioxydante : elle protège les membranes des cellules de l’organisme en piégeant les radicaux libres et en empêchant leur propagation. Elle agit en partenariat avec les autres systèmes de défense antioxydante de l’organisme (piégeurs de radicaux libres, systèmes enzymatiques, système de régénération…).En plus de son action antioxydante, la vitamine E jouerait un rôle dans l’agrégation plaquettaire (évite une trop importante agrégation) et dans les processus inflammatoires. Elle remplace les anticoagulants classiques de manière efficace et sans la moindre toxicité, ce qui n'est pas le cas pour les anticoagulants oraux (antivitamines K) qui agissent en détruisant le foie. En effet, c'est le foie qui construit les principaux facteurs de coagulation à part l'héparine.

Source de vitamine E :

Elle se trouve en bonne quantité dans les huiles, notamment  de tournesol, de pépin de raisin, de germe de blé, noisette, amande,  d'arachide, e de colza, de soja, d’olive, de noix. Mais également dans les  cacahuètes, anguille, huile de poisson, noix, beurre, jaune d’œuf, pissenlit, patate douce, épinard, asperge, pois chiche, cresson, marron, brocoli, tomate, saumon fumé, omelette, pain complet

SeLogo

Le sélénium est un oligo-élément méconnu, mais pourtant très utile pour l’organisme.

La plupart du temps, il est utilisé dans les préparations à but antioxydants, mais ses rôles ne se limitent pas à ça. Il a une action importante sur l’immunité, la prévention des maladies cardio-vasculaires, la réduction des rhumatismes et la préservation de la vision

Source de sélénium :

Le sélénium est présent de manière générale dans les aliments riches en protéines et certains légumes. On le trouve essentiellement dans  les champignons, les tomates, le chou, le brocoli, l’oignon, l’ail,…, les céréales (complètes de préférence, telle que l’orge), les abats (foie, rognons), la viande (surtout rouge, mais aussi la dinde, le porc,…), le poisson (maquereau, thon,…), les fruits de mer (huîtres et moules), les œufs et en moindre quantité, dans les produits laitiers et les eaux minérales.

vitamincinskincare

La vitamine C, aussi appelée acide ascorbique, est une vitamine hydrosoluble, que le corps ne sait ni stocker ni fabriquer, et qui doit être apportée quotidiennement par l'alimentation. Connue pour son action anti-fatigue, dans la prévention des petites maladies, type rhume ou maux de gorge, mais aussi des maladies cardio-vasculaires, ainsi qu'un fort rôle antioxydant qui participe à la formation du collagène. ...

Source de vitamine C :

On la trouve essentiellement dans les végétaux, fruits et légumes frais :

- Les fruits frais : particulièrement les agrumes tels que l’orange, le citron, le pamplemousse, la mandarine ... mais aussi les fruits rouges : la fraise, la framboise, le cassis, la groseille, la cerise ... et la mangue, la goyave, le kiwi, le melon, l’abricot. Parmi les fruits courants, les plus riches en vitamines C sont la cerise acérola et le kiwi.

- Les légumes frais : les légumes verts tels que les épinards, le cresson, le persil, les haricots verts, les petits pois… la tomate, le poivron rouge et vert, l’asperge, l’aubergine, le navet, le poireau, le radis, l’oignon, l’artichaut ... et les différentes variétés de choux : chou-fleur, choux de Bruxelles, chou vert, brocoli ; Les pommes de terre et les graines, mais uniquement si elles sont germées.

Les Polyphénols

Les polyphénols constituent une famille de molécules organiques hydrosolubles largement présente dans le règne végétal. Il y a plusieurs familles dont les plus connues sont les flavonoïdes et les tanins. Les quatre principaux groupes de flavonoïdes sont : les flavones dont fait partie la quercétine les flavonones, les flavanols (dont les catéchines) et les anthocyanines. Le resvératrol est également un polyphenol. 

Famille-Polyphénols-Redimensionnement

Leur rôle d’antioxydants naturels permet d’éviter l’oxydation des cellules et ainsi de lutter contre le vieillissement cellulaire. Ceci est essentiel dans la prévention et le traitement du cancer, des maladies inflammatoires, cardiovasculaires et neuro-dégénératives.

Plus le contenu de l’assiette a une grande palette de couleurs, plus large est la panoplie d’antioxydants : essentiel car ils agissent souvent en synergie permettant ainsi de neutraliser tous les types de radicaux libres.

Mangez-donc coloré !

slide_3

2) Tenir compte des tissus conjonctifs

On en trouve, notamment sous la peau (tissu conjonctif sous-cutané), entre les masses musculaires, dans le chorion et la sous-muqueuse du tube digestif, dans le chorion des voies respiratoires, des voies génitales et urinaires, dans l’adventice des vaisseaux, sous l’épithélium des séreuses. Le tissu conjonctif possède un rôle de soutien et d’emballage des tissus et organes ; il assure le passage de nombreuses substances entre le sang et les tissus. Constitué de fibroblastes, ces cellules de soutien sont présentes dans les nombreux tissus conjonctifs de l'organisme. On trouve ainsi des fibroblastes dans la peau, les tendons, le cartilage, etc. Les fibroblastes jouent des rôles importants dans l'organisme.  Ils sécrètent du collagène, de l’élastine, de la fibrilline, des substances fondamentales de nos veines.

Supplémentez-vous en silicium organique, ortie, prêle, collagène marin, et bien sûr vitamine C et veillez a apporter suffisamment de protéine à votre alimentation.

slide_4

3) Limiter l’hémogliase

La viscosité du sang est un paramètre important dans les maladies cardiovasculaires. Quand elle est trop élevée, en raison par exemple d'une concentration trop importante de globules rouges, le sang peut endommager les parois des vaisseaux où il circule et ainsi augmenter le risque d'accident cardiaque. Les causes en sont multiples, soit par une défectuosité dans la régulation de la coagulation, soit par l'augmentation de pathogènes, de toxines, d'une mauvaise hygiène de vie engendrant ainsi une diminution du flux sanguin. Afin d'améliorer la fluidité de notre sang, il est donc impératif d'avoir une bonne hygiène de vie, en évitant la « mal bouffe » et la cigarette, en consommant des acides gras mono et poly insaturés de type oméga 3, de l'ail, des antioxydants, et en buvant un minimum de 8 verres d'eau par jour.  Le sucre est à éviter en priorité, comme tous les aliments artificiellement sucrés. De même, les farines raffinées et l’excès de féculents auront un effet négatif. Ces aliments favorisent la « glycation » qui entraîne une perte de souplesse dans les tissus et les vaisseaux, rendant le retour lymphatique moins performant.
Réduire la proportion totale de farineux (céréales et dérivés) a 25/30 % de l’assiette standard. Consommer 50% de légumes feuilles et 50% de légumes racines.
Intégrer du CITRON à votre assiette. C'est un extraordinaire remède naturel qui a une action immédiate sur la fluidité sanguine.  C'est aussi un détersif qui fluidifie le sang et le purifie. En même temps, il fortifie et assouplit les vaisseaux.

le_sang_fluidifie_par_un_champ_magnetique

 

4) Drainer votre foie

big_artfichier_752626_4183625_201410141404158

C’est le plus gros organe chez l’homme, le foie, est hautement vascularisé, il est traversé par des veines et des artères, dont l'artère hépatique et la veine porte. Ces vaisseaux propulsent dans le foie un litre et demi de sang toutes les minutes. Le rôle principal du foie est de filtrer le sang. Il récupère les vieux globules rouges pour les détruire, il élimine les déchets et fabrique la bile, qui aide à digérer les graisses. C’est lui qui capture et rend inoffensives les substances chimiques qui se retrouvent dans le corps à chaque fois que l'on mange ou que l'on respire. Le foie est également le seul organe capable d'éliminer le cholestérol.

Le foie fait aussi office de réserve d'énergie : il stocke le sucre et les vitamines, et il produit également des facteurs de coagulation du sang.

Lui donner un petit coup de main aux changements de saisons lui fera le plus grand bien.

Certains acides aminés sont connus pour aider le foie dans son travail : arginine, cystéine, bétaïne, méthionine.

Des plantes ont prouvé leur action à ce niveau. On appelle « cholagogues » celles qui activent la production de bile par le foie et son élimination par la vésicule biliaire. Certaines plantes telles l’artichaut, le chardon-marie, le radis noir, le romarin ou encore le Chrysanthellum vont activer ces phases de détoxification hépatique; d’autres, drainantes, donc stimulant la fonction de filtration du sang, vont permettre d’éliminer les déchets ou les toxiques désactivés hydrosolubles par voie biliaire ou urinaire (reine des prés, cassis, aubier de tilleul, pissenlit).

Pour que ces réactions soient optimisées, elles nécessitent la présence de cofacteurs vitaminiques tels vitamines B9 et B6, et d’oligoéléments catalyseurs : manganèse, cuivre, zinc et sélénium en particulier.

16423609_s-300x234

5) Pratiquez des activités physiques

Pour favoriser une bonne circulation sanguine, pratiquez 30 minutes de marche rapide au moins trois fois par semaine.

Préférez les escaliers à l’ascenseur.

Pratiquez également un sport qui active le retour du sang en faisant travailler le mollet, véritable « pompe » veineuse : marche, golf, ski de fond, natation, gymnastique, danse, vélo d’extérieur ou d’appartement.

Certains sports sont déconseillés en cas de problèmes veineux

Il s’agit des sports :

- qui provoquent des "à-coups" écrasant trop la voute plantaire et ses veines (ex. : tennis, squash, basket-ball) ;

- qui peuvent bloquer la circulation du sang (ex. : équitation, judo, ski alpin).

ob_82fde5_attention-au-soleil

6) N'exposez pas vos jambes à la chaleur

Évitez les bains trop chauds, le sauna, le hammam, l'épilation à la cire chaude et les expositions au soleil. Préférez les douches d’eau fraîche matin et soir qui ne provoquent pas de dilatation des veines et soulagent les symptômes.

 

 

7) Les suppléments phytothérapie :

En phytothérapie, les plantes utilisées pour améliorer la circulation sanguine sont nombreuses.

fleur-bas-med

Vigne rouge : Elle empêche le sang de stagner ou de séjourner dans les veines. Elle élimine la sensation de lourdeur des jambes. Elle diminue la perméabilité des capillaires et augmente la vitesse de la circulation dans les veines qui assument 90% du volume sanguin de retour.

Ginkgo biloba : Il agit sur la circulation sanguine dans les artères et il est particulièrement efficace pour aider à corriger la claudication intermittente des membres inférieurs. Cette dernière condition est causée par l'encrassement des artères qui apportent le sang aux jambes. Les personnes qui, en marchant, ressentent des lourdeurs aux muscles des jambes (ce qui les amène à boiter), ainsi qu'une douleur qui provoque une crampe, peuvent voir leur condition s'améliorer en prenant du Ginkgo biloba.

Marron d'Inde : En cas de varices ajouter le Marron d'Inde aux propriétés vasoconstricteur, c'est-à-dire qui empêche le relâchement de la veine, anti-inflammatoire et diminue la perméabilité des capillaires et augmente leur résistance.

Mélilot : plantes traditionnellement utilisées pour diminuer les sensations de jambes lourdes

gemmothrapie

8) Les suppléments gemmothérapie : (extraits de bourgeons)

Les bourgeons et jeunes pousses sont composés de tissus embryonnaires en plein développement qui renferment toute la puissance de la future plante ; c'est pourquoi ils constituent un véritable concentré d'énergie et de vitalité. Comme la gemmothérapie utilise des tissus en plein développement, ses remèdes renferment toutes les propriétés de la plante, c'est-à-dire à la fois les propriétés des fleurs, des feuilles, des fruits, de l'aubier et des racines. Ils contiennent également beaucoup de principes actifs qui ne seront plus présents dans la plante adulte. Ceci explique la large gamme d'applications et l'efficacité des remèdes de gemmothérapie.

- Châtaignier 
- Gingko
- Maronnier
- Aulne glutineux
- Romarin
- Sorbier 

9) Les suppléments aromathérapie : (huiles essentielles)

les huiles essentielles bénéfiques sont le citron, le cyprès, le géranium (bourbon ou asperum), la menthe verte, le patchouili, l'hélichryse italienne, le lentisque pistachier, genévrier commun . Pour les problèmes localisés (varice, couperose), on peut appliquer les huiles essentielles pures (quelques gouttes d’un mélange des HE citées) sur la zone à traiter, ou bien diluées dans de l’huile végétale. L’utilisation d’huiles végétales est d’autant plus intéressante qu’elle permet de réaliser un massage drainant lors de l’application: il suffit de masser les jambes dans le sens du retour veineux, c’est à dire du bas vers le haut.

Toutes les huiles végétales peuvent convenir pour ces massages, mais certaines d’entre elles ont des propriétés spécifiques. L’huile de macadamia, de Calophyllum Innophyllum ou encore de noisette favorisent en effet la circulation veineuse et lymphatique, ainsi que la microcirculation (renforcement des capillaires). Elles sont donc tout indiquées en cas de jambes lourdes, d’insuffisance veineuse ou de couperose. Préférez toujours les huiles extraites par première pression à froid, et issues de l’agriculture biologique.

Quelques gouttes d’huiles essentielles, diluées dans un verre de gros sel, puis jetées dans l’eau du bain (pas trop chaude, toujours en-dessous de 35°C) peuvent aussi avoir un effet tonifiant sur la circulation générale.

jambes

10) Le massage :

Le drainage lymphatique est sans conteste le massage le mieux adapté aux problèmes circulatoires.

http://vanaroms47.canalblog.com/archives/2014/03/18/29465379.html

Rythme idéal : 2 par semaine durant 5 semaines. A compléter à domicile par des exercices d'auto-massage lymphatique.

Allongé(e) sur le dos, levez les jambes à la verticale. Massez un pied des orteils au talon doucement, plus énergiquement s'il n'y a pas de varices, en vous servant de l'autre pied. Si cette position vous fatigue, prenez légèrement appui contre un mur. Massez ensuite la jambe, de la cheville au genou, toujours à l'aide de votre pied. Changez de jambe. Pour les cuisses, utilisez vos mains dans un mouvement ascendant.

Il est impératif de consulter son médecin, lui seul est en mesure de diagnostiquer une maladie veineuse, il peut également prescrire des médications appropriées, des bas de contention ou encore des cures thermales.

Mlle ORTIGUE Vanessa
Naturopathe - Réflexologue
www.vanaroms.fr