DIABETE-COPERTINA-Copia

Le diabète est une maladie métabolique qui se définit par une augmentation constante du taux de glucose dans le sang (hyperglycémie). La glycémie reflète l'équilibre entre les entrées de glucose dans la circulation sanguine et son utilisation par les cellules des différents organes.

diabete5

On parle généralement de diabète lorsque l'on constate à deux reprises, une glycémie à jeun supérieure ou égale à 1 ,50 g/l. La normale se situe entre 0,80 et 1,20 g/l à jeun. Le diagnostic est le plus souvent fait après un contrôle de la glycémie lors d'une prise de sang demandé par le médecin chez un patient présentant un facteur de risque ...

Antécédents familiaux, surpoids, sédentarité, hypertension artérielle, excès de cholestérol, femme ayant accouché d'un enfant de plus de 4 kilos sont autant de raisons de rechercher un diabète. Ce contrôle de la glycémie sera répété tous les trois ans, voire tous les ans en présence d'un facteur de risque afin de détecter précocement toute anomalie. L'excès de sucre dans le sang est du à un manque d'insuline dans le sang ou à une perte d'efficacité de celle-ci.

L'insuline est une hormone qui permet aux cellules de l'organisme d'assimiler le glucose sanguin et de l'utiliser. Elle est sécrétée par les cellules ß du pancréas.

Si l'insuline est déficiente, au lieu d'être transformé en énergie ou mis en réserve, le glucose s'accumule dans le sang provoquant une hyperglycémie.

Le diabète est une maladie chronique, d'évolution lente, indolore dont les effets ne sont en général visibles qu'après de longues années. Les premiers signes, très variables, peuvent être : somnolence, troubles de la vision, picotements et engourdissement des pieds et des mains, infections de la peau, lenteur de la cicatrisation (notamment au niveau des pieds), démangeaisons, soif, asthénie, amaigrissement.

Les risques du diabète

L'hyperglycémie pendant une période prolongée expose les diabétiques à de multiples et , sérieuses complications en , particulier au niveau des gros et petits vaisseaux sanguins, des reins, des nerfs et des yeux. Le diabète favorise la formation des plaques d'athérome, ces amas graisseux contenant du cholestérol qui peuvent grossir jusqu'à boucher les vaisseaux sanguins. Le risque de maladies cardiovasculaires augmente alors, l'obstruction de vaisseaux pouvant provoquer des accidents au niveau du cœur (infarctus du myocarde), du cerveau (accident vasculaire cérébral ou "attaque") ou des membres (artérite des membres inférieurs). Le diabète augmente également le risque d'hypertension artérielle.

Par ailleurs, l'obstruction des vaisseaux de l'œil peut provoquer une atteinte de la rétine (rétinopathie) pouvant aller jusqu'à la cécité. D'autres complications, rénales ou nerveuses peuvent également apparaître. 

 LE "CIRCUIT" DU SUCRE

glucose

 Le glucose dans notre organisme

Le glucose est un sucre que l'on retrouve dans le sang. Il est utilisable par l'organisme et en représente ainsi le principal" carburant". Il provient soit des glucides (sucres) de notre alimentation, soit d'une production par le foie à partir des acides aminés (constituants des protéines) et des lipides (graisses). Tous nos organes ont besoin de cette source d'énergie pour fonctionner. Au niveau de certains organes tels que le foie, les muscles ou les tissus graisseux, le glucose peut être stocké pour un emploi ultérieur. 

diabete2

Les deux formes de diabète sucré

Le diabète insulinodépendant (DID) ou diabète de type I qui existe chez 10 % des diabétiques traduit une déficience de sécrétion d'insuline par le pancréas. Le plus souvent on le découvre au cours de l'enfance ou de l'adolescence. Ce type de diabète se traite par des injections quotidiennes d'insuline.

Le diabète non-insulino-dépendant (DNID) ou diabète de type II qui représente la majorité (90 %) des diabètes est parfois appelé "diabète de la maturité ". Il apparaît en général après 40 ans, chez des personnes souffrant souvent d'excès de poids. Il est dû à une diminution de la production d'insuline par le pancréas à laquelle s'ajoute souvent une mauvaise utilisation de celle-ci par l'organisme. Le régime alimentaire et une activité physique adaptée, éventuellement associés à des médicaments, traitent ce type de diabète.

Grands principes du régime diabétique

Le régime est à adapter à chaque malade en fonction du type de diabète, de son activité physique, de son sexe, de son poids, de ses autres facteurs de risque cardio-vasculaire.

Cependant des grandes lignes sont toujours à respecter.

sucres-morceaux-sucre

Le sucre et produits sucrés :

Chocolat, pâtisseries, glaces, confiture, miel, biscuits... Autant de bonnes choses à éviter (sauf si hypoglycémie, évidemment). Parfois 1 fois par semaine en remplacement d'un fruit à la fin d'un repas SI le diabète est bien équilibré.

Attention aux étiquettes !! Il faut bien lire la composition de certains produits :
Des produits dits sans sucre ne contiennent pas de sucre ordinaire mais d'autres sucres (fructose, polyols...)
Les produits « light » dits allégés sont allégés par définition et peuvent contenir du sucre en quantité allégée !
Les édulcorants type aspartame en poudre ou sucrette sont autorisés car non absorbés par l'intestin mais l’ingestion de produits chimiques peut avoir d’autres conséquences, il conviendra de les limiter au maximum.

boissons

Les boissons :

Seule l'eau est nécessaire à raison d'un litre et demi par jour, elle peut être gazeuse ou aromatisée avec du citron, des plantes ou du thé.
Les boissons sucrées sont à éviter comme les jus de fruits (même sans sucre), les sodas, limonade et autres colas.
L'alcool est à éviter et ceci sous toutes ses formes en raison de son pouvoir calorique, et quand on dit alcool il ne s'agit pas que des « alcools forts », tous sont concernés (bière, vins, apéritifs, digestifs, cidres, et même le champagne).

lait

Les produits laitiers

Ils sont à consommer avec modération à raison de 1 par jour.
Rappelons qu'un produit laitier représente en quantité un verre de lait ou 30g de fromage ou 2 petits suisses ou un yaourt ou 100g de fromage blanc. Les produits laitiers étant des sucres (lactose + galactose) en réduire la quantité est primordial.

antitumorali

Légumes verts et crudités

Pas de limitation. Légumes frais non farineux sont riches ou pauvres en glucides, ils jouent un rôle important grâce à la cellulose qu'ils apportent et aux sels minéraux et vitamines qu'ils renferment, de plus les fibres qu'ils continnenent emprisone les sucres en excés afin de les évacuer par les voies nuturelles.
On peut en relever le goût avec des aromates, des fines herbes, un filet de citron, etc...  En cas d'hypertension, on évitera les conserves (trop salés)

Fruits

fruit

Riches en vitamines et en sels minéraux; leur teneur en glucides est très variable puisque les agrumes riches en eau ont une teneur de 10 % et les fruits secs ou séchés ont une teneur dépassant 50 %. Pas plus de 2 ou 3 par jour en prenant garde aux fruits secs comme les dattes ou figues sèches ou aux oléagineux (ils sont très riches en graisses). Les pruneaux sont une bonne source car leurs IG est modéré, cependant ne pas en abuser.

Poissons et viande

Comme il est dit dans d'autres articles, la consommation de poisson GRAS 2 à 3 fois par semaine est recommandée. La ration quotidienne doit se limiter à 200g de viande ou équivalent par jour, dégraissée.
Bien sûr, en cas de surpoids surtout, les plats en sauce, les charcuteries et fritures sont à éviter. Viande, poissons, œufs ils une source essentielle de protéines, mais ils contiennent aussi des lipides en quantité non négligeable.
huile-olive2

Huiles, beurre 

 

Le beurre est à limiter, et devra être de bonne qualité à privilégier le matin.
La végétaline est elle à proscrire.
Les huiles recommandées sont l'huile d'olive +++, de colza+++, de tournesol, de maïs, de soja, mélangées...


Pain et féculents 

Comme ils contiennent du sucre, ils seront consommés à chaque repas en quantité contrôlée. Pain, céréales, pommes de terre apportent une quantité importante de glucides sous forme d'amidon, mais aussi des sels minéraux.

150 g de féculents cuits représentent environ :

6 cuillères à soupe de riz, de pâtes, de semoule ou de légumes secs
3 cuillères à soupe de purée ou 3 pommes de terre de la taille d'un œuf
60 g de pain ou ¼ de baguette ou 4 biscottes

glucide1
Autres conseils

Pas de tabac !

Faire de l'exercice physique comme 1 heure de marche trois fois par semaine ou bricoler, jardiner. Ne pas prendre sa voiture pour faire les courses au magasin du coin, l'ascenseur pour un ou deux étages, etc...

Ne négligez aucune blessure en particulier aux pieds, très sensibles car souvent, justement, insensibles à la douleur chez le diabétique. Coupez avec soin les ongles mais pas trop courts, pas de pieds nus, chaussures confortables.

On admet couramment que chez le diabétique, le régime comporte en règle générale :

- 20 % de calories d'origine protidique,

- 40 % de calories d'origine lipidique,

- 40 % de calories d'origine glucidique.

100 g de protides et de glucides apportent 400 calories chacun. 100 g de lipides apportent 900 calories.

Pour établir un régime de façon rationnelle, il est nécessaire de connaître la teneur des aliments en leurs principaux composants, en particulier en glucides, ce qui permet de lutter inlassablement contre la monotonie du régime. Dans la pratique, les aliments se classent en sept catégories qui, contrairement à ce que l'on pourrait être amené à croire, ne sont pas interchangeables car, en plus des glucides préformés qu'ils contiennent en quantités inégales, ils apportent des oligo-éléments, des minéraux, des vitamines qui interviennent dans le bon équilibre alimentaire. Il sera donc souhaitable par exemple de remplacer les pommes de terre par d'autres féculents, les fruits par d'autres fruits, les légumes verts par d'autres légumes verts pour obtenir une alimentation variée et rationnelle. Il ne faut pas oublier que, dans le calcul de la ration quotidienne, doivent entrer en compte les boissons. D'autre part, il ne faut pas oublier que les aliments glucidiques à absorber en 24 heures, doivent être répartis correctement dans la journée.

La répartition des repas sera différente chez les malades traités par :

 - le régime seulement,

0diabete

- des sulfamides hypoglycémiants (se contentent aisément de trois repas par jour),

- l'insuline (ces malades ont intérêt à prendre dans la journée 4 à 5 repas suivant leur cas personnel).

Ce sont donc les modalités du traitement insulinique qui orientent la répartition des repas dans la journée du diabétique.

En règle générale, donc, elle se fera de la façon suivante :

1 - petit déjeuner,

2 - repas complet à midi,

3 - repas plus léger, le soir, avec éventuellement un goûter léger à 16 heures.

menu

Afin de varier vos menus, voici quelques équivalences :

- 100 g de pommes de terre = 2 pommes de terre moyennes ou 3 cuillers à soupe de pâtes cuites ou 3 cuilleres à soupe 1/2 de riz cuit ou 5 cuillers à soupe de légumes secs cuits.

- 100 g de pommes de terre crues équivalent à: 28 g de riz cru (soit 5 cuillers à café) ou 28 g de semoule ou 28 g de pâtes.

- 100 g de petits pois peuvent être remplacés par : 100 g d'artichauts ou 100 g de crosnes ou 160 g de salsifis ou 200 g de betteraves rouges ou 200 g de navets ou 200 g de carottes ou 230 g de céleri-rave ou 230 g de choux de Bruxelles ou 300 g de haricots verts ou 300 g de choux verts ou 300 g de choux-fleurs

- 140 g d'oranges, soit deux petites oranges, peuvent être remplacés par : 140 g de pamplemousse ou 90 g de prunes (3 prunes moyennes) ou 100 g de raisin ou 100 g de pêches (2 petites pêches) ou 90 g de pommes ou 90 g de poires ou 150 g de framboises ou 150 g de groseilles ou 230 g de fraises ou 300 g de melon ou 450 g de pastèque

- 1 biscotte = 15 g de pain frais et pèse 10 à 11 g.

Ne pas oublier, plus que jamais, que le diabétique obèse ne doit pas boire de boissons alcoolisées ou de boissons gazeuses, il peut boire à volonté entre les repas de l'eau ou des boissons tièdes: thé léger par exemple, et éviter de boire en mangeant.

Quelques astuces pour bien manger quand on est diabétique

  • Consommer des champignons contenant peu de glucides
  • Préférer les légumineuses comme les lentilles
  • Consommer du riz basmati dont l’index glycémique est moins élevé que le riz blanc
  • Assaisonner les plats avec du jus de citron qui permet d’abaisser le taux de la glycémie (plats et crudités)
  • Penser également à préparer des jus de citron, sans ajouter de sucre avec de l’eau minérale.
  • Consommer des fibres : les fibres permettent de diminuer la vitesse du passage du sucre dans le sang. Elles n'ont aucun rôle nutritif mais sont obligatoires. Mélangées aux aliments, elles ralentissent l'absorption des glucides, diminuent le taux de cholestérol et régularisent le transit intestinal. Légumes verts (poireaux, épinards, salsifis, céleri, bettes, fenouils, asperges), fruits avec peau, pain complet, pain au son, flocons de céréales, farine complète ou de seigle, riz brun complet et légumes secs (pois, fèves, lentilles, haricots secs) sont donc nécessaires.
  • Légumes verts
  • Céréales complètes non raffinées : avoine ou blé complet
  • Légumineuses

Si vous avez faim

Lorsque vous avez un petit creux, il est conseillé de choisir parmi ces aliments :

1 tranche de jambon
1 œuf dur
1 blanc de volaille
1 ou 2 tomates, des carottes, des radis

Diabète et hygiène de vie

 - Une bonne hygiène alimentaire et une activité physique régulière (30 minutes, 3 fois par semaine) sont les piliers de la prévention.

- Supprimer le tabac qui augmente les risques de complications cardiovasculaires en cas de diabète.

- En cas de voyage, il est nécessaire de bien le préparer afin que le traitement ne soit pas interrompu.

- Adopter une hygiène corporelle attentive: soins des pieds, hygiène bucco-dentaire.

- Signaler à son médecin tout antécédent de diabète dans sa famille.

- Faire contrôler régulièrement sa glycémie à jeun à partir de 40 ans.

- La solution la plus efficace en termes de prévention reste un dépistage précoce permettant d'éviter les complications à long terme.

Les édulcorants et produits de régime

Deux types d'édulcorants ("adoucissants") sont utilisés dans l'industrie alimentaire :

Les édulcorants de synthèse comme la saccharine et l’aspartame se trouvent dans les boissons dites " light " et dans les yaourts. Ces édulcorants, chimiques ou végétaux, ne sont pas nutritifs mais n'ont pas pour autant un intêret dans la santé, bien au contraire ;

Les édulcorants de masse (ou de charge). Ce sont des polyols (sorbitol, mannitol, maltilol, xylitol, sirop de glucose hydrogéné). Caloriques, on les trouve dans les chewing-gums "sans sucre" (la mention "sans sucre" au singulier signifiant, en France, "sans saccharose"), dans les chocolats et bonbons "sans sucre" ou "sans sucre cariogène". Il faut savoir qu'un sucre "non cariogène" peut apporter des glucides et des calories.

Le fructose à une place à part et seul un sujet diabétique très bien équilibré peut en consommer modérément. Il est source de calories et n'est pas un sucre "allégé".  

Médecines complémentaires

gymmema

Le Gymnema sylvestris

On a identifié dans les feuilles de cette plante originaire d’Inde des saponines (acides gymnémiques) responsables en partie de ses propriétés étonnantes. En effet, en médecine populaire indienne, on utilise le gymnéma pour faire face aux envies irrépressibles de sucre. On s’est aperçu ensuite que cette plante améliorait le diabète, surtout dans les premières phases de la maladie, à l’âge de la maturité ou de la vieillesse. le Gymnema sylvestre améliore la fonctionnalité et semble accroître le nombre des cellules bêta, qui produisent l'insuline et sont situées dans le pancréas.

red_reishi

Le Reishi

Extrêmement riche en polysaccharides (dont les ganodéranes A, B, C), le reishi est capable de faire baisser de façon significative la glycémie et d’augmenter la production d’insuline par les cellules β du pancréas.

cannelle-ecorce-isolee-sur-fond-blanc

La cannelle 

La cannelle aide à stabiliser le sucre sanguin en stimulant les récepteurs de l’insuline et en augmentant leur sensibilité à cette hormone qui fait diminuer la glycémie (taux de sucre dans le sang)post-prandiale (après le repas). En réaction, le corps a besoin de moins produire d’insuline pour provoquer le même effet. Cela soulage le pancréas, stimule le métabolisme, et réduit l’inflammation.

Le zinc

Cet oligo-élément est présent en très faible quantité dans le corps mais indispensable à la vie. De nombreuses pathologies (dont le diabète) peuvent être liées au déficit en zinc, fréquent dans les pays en voie de développement.
Au niveau du pancréas, le zinc joue un rôle décisif dans la synthèse, le stockage et la sécrétion de l'insuline.

Le manganèse

C'est un minéral essentiel dans le métabolisme du glucose, ce qui fait de lui un élément important pour le diabétique. Le manganèse est un anti-oxydant appartenant à la structure de l’enzyme superoxyde dismutase. Il protège donc les cellules des dommages oxydatifs pouvant engendrer des pathologies, telles que les rétinopathies diabétiques54. Un niveau suffisant de manganèse pourrait diminuer ces risques. Il a été constaté que les patients diabétiques présentent une déficience en manganèse, bien qu’aucun lien de cause à effet n’ait été mis en évidence.

Le chrome

Bien que présent en faible quantité dans l’organisme, c'est un métalloïde ayant un rôle majeur dans la gestion de la glycémie. Il augmente la sensibilité des tissus à l’insuline, et ce d’autant plus que la résistance à l’insuline est grande. Sous forme de picolinate, le chrome exerce un effet bénéfique sur le taux d’hémoglobine glycosylée chez les personnes atteintes de diabète de type II. Il contribue donc à normaliser et stabiliser la glycémie et l’insulinémie

Le diabète est une maladie grave dont le traitement nécessite un suivi médical. L'autotraitement avec des plantes réputées antidiabétiques peut entraîner de graves conséquences, notamment en interagissant avec les médicaments hypoglycémiants classiques. Par conséquent, ne prendre aucun produit quel qu’il soit sans l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien : le gingembre, l’ail ou le millepertuis par exemple peuvent par exemple interagir avec certains traitements prescrits aux diabétiques

En conclusion

Le mieux est encore de manger vrai et bon, ce que l’on aime, en quantité raisonnable et dans le cadre du repas, pour éviter les hyperglycémies souvent dues à la consommation isolée d’un aliment riche en sucre.

  • Évitez absolument de sauter des repas
  • Mangez des glucides à chaque repas (pain, féculents, fruits….)
  • Limitez les graisses (fromage, viande, œufs, charcuterie, crème fraîche, beurre, huile……..)
  • Faite du sport
  • Testez régulièrement votre glycémie

Mme ORTIGUE Vanessa
Naturopathe / Réflexologue
www.vanarom.fr