En France, près d’1 adulte sur 5 souffre d'un excès de cholestérol. Le cholestérol n’est pas une maladie mais trop de cholestérol dans le sang augmente le risque de développer des maladies du cœur et des artères.

Le cholestérol est un lipide de la famille des stérols. Nécessaire au fonctionnement de l’organisme, il est produit par le foie (à 70%) mais aussi apporté par l’alimentation, particulièrement les aliments d’origine animale. 

schema-cholesterolBien qu’il soit un lipide (corps gras), le cholestérol est vital pour l’organisme. Il est impliqué dans la structure et le fonctionnement des membranes cellulaires, intervient dans la production d’hormones, joue un rôle dans la digestion des graisses (constituant de la bile) et dans la construction des os (vitamine D).

La biosynthèse du cholestérol est contrôlée par une enzyme qui en régule le niveau,  la HMG-CoA réductase.

Une fois produit, le cholestérol est stocké, ou transporté dans le sang vers les organes grâce à deux lipoprotéines :

 HDL (high density lipoprotein) : il a une action positive sur le corps : il récupère le cholestérol dans les organes qui en ont trop et stimule son élimination par le foie.

LDL (low density lipoprotein) : il favorise la formation des dépôts de cholestérol sur la paroi interne des artères. Ces dépôts, appelés plaques d’athérome, provoquent peu à peu une perte d’élasticité des artères et réduisent leur diamètre. Les conséquences sur la santé à moyen et long terme sont l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral. En effet,  une crise cardiaque peut survenir si l’afflux sanguin vers le cœur est obstrué, ainsi qu’un accident vasculaire cérébral (AVC) si c’est l’afflux sanguin vers le cerveau qui est bloqué.

Ces LDL, communément appelés « mauvais cholestérol », sont dangereux lorsqu’ils se retrouvent en excès dans l’organisme car ils sont susceptibles de s’oxyder (radicaux libres) et de s’infiltrer dans les parois des artères.

 

cholesterol-artereQuelles sont les causes de l’excès de cholestérol ?

Un grand nombre de facteurs peuvent contribuer à augmenter le mauvais cholestérol (LDL) dans le sang :

       une alimentation trop riche en graisses saturées et en cholestérol

       un surpoids et/ou une obésité abdominale

       une activité physique insuffisante

       le sexe et l’âge (les hommes ont un taux de cholestérol plus élevé et le taux de cholestérol augmente avec l’âge)

       l’hérédité ouantécédents familiaux de maladie cardiovasculaire

       certaines maladies : diabète, hypothyroïdie, maladies du foie et du rein, hypertension

Comment savoir si on a trop de cholestérol ?

Un seul moyen : la prise de sang (à faire après 12 heures de jeûne). Généralement aucun symptôme ne permet de se rendre compte d’un excès de cholestérol. Sauf, par exemple : un xanthélasma qui se manifeste par des tâches jaunâtres légèrement surélevées sur les paupières, et qui peut provenir d'un excès de cholestérol.

Une valeur supérieure à 2 g/l est considérée comme limite chez les personnes de moins de trente ans. Ce chiffre est à modérer en fonction de l’âge et des facteurs de risques cardio-vasculaires. Le taux de triglycéride sera aussi pris en compte. En fait le plus important à considérer est le taux de LDL cholestérol.

Niveaux cibles de LDL, de HDL et TG : (pour des personnes n‘ayant aucun facteur de risque)

 Un taux de cholestérol-LDL inférieur à 2,6 à 4,2 mmol/L ou 1 à 1,6 j/L est préférable.

Un taux de cholestérol-HDL supérieur à 0,9 à 2 mmol/L ou 0,35 à 0,75 g/L est préférable.

Un taux de triglycérides inférieur à 0,6 à 1,7 mmol/L ou 0,4 à 1,6 g/L est préférable.

Mais quels sont les facteurs de risques ?

Nous l’avons dit, 20 à 25% de la population serait atteinte d’hypercholestérolémie. En cause notre  mode de vie : obésité, sédentarité, alimentation riche en graisses animales, alcool, tabac  et hormonothérapie sont à l’origine de l’excès de mauvais cholestérol. Il est donc important d’agir sur ces facteurs avant d’envisager un traitement médical.

Certaines personnes doivent en plus tenir compte d'une éventuelle maladie (du foie, par exemple) ou encore du terrain génétique. En effet, si dans votre famille "il y a du cholestérol", il y a de fortes chances pour que vous en ayez aussi.

Comment faire baisser le mauvais cholestérol ?

Le régime alimentaire constitue le plus grand facteur de risque, mais il est modifiable; un mauvais régime alimentaire est un régime dans lequel les matières grasses représentent plus de 40% de l'apport calorique total, la consommation de graisses saturées est supérieure à 10% de l'apport calorique total; et l'apport alimentaire en cholestérol est supérieur à 300 milligrammes par jour.

images (3)Cependant les graisses ne sont pas à bannir de l’alimentation. Mais il faut bien les choisir.

Privilégiez les « bonnes » graisses, c’est-à-dire les graisses végétales (les huiles), et surtout variez-les. Ici l‘huile d’olive est la plus performante, mais elle doit être extra-vierge. Pressée à froid, elle ne contient aucun autre produit que ceux contenus dans l’huile d’olive, donc pas d’additif. Elle a le maximum de qualités nutritionnelles, en termes d’oméga-3, d’oméga-6 et d’oligo-éléments. Et son goût est sublime !

Mais les huiles de colza et de noix ont aussi des vertus qui ont déjà été démontrées.

Il est plus facile de faire baisser les taux de LDL que de faire augmenter ceux de HDL !

Pour ce faire, il faut privilégier les fruits et légumes : les tomates, les aubergines, le pourpier, la pomme, les noix et les amandes, mais aussi certaines céréales comme le son et l’avoine (mais pas quand elles sont bourrées de sucre, sous forme de barres ou de céréales confiseries !). Ces aliments apportent des antioxydants, et des vitamines C et E également antioxydantes.

Manger sain  selon les préceptes de l’alimentation dite crétoise ou méditerranéenne est bénéfique pour la santé cardio-vasculaire.

PyramideModifier son alimentation

Une bonne alimentation est le premier traitement d'un excès de cholestérol. Elle peut même parfois éviter un traitement médicamenteux, et elle permet toujours de diminuer le risque cardiovasculaire. Autant de bonnes raisons d'adopter les bonnes règles diététiques !

1) Remplacez le beurre par des huiles végétales (mono et polyinsaturées essentielles) (Colza, noix, lin, olive) pas de margarines.

2) Choisissez une huile extra vierge de première pression à froid BIO.

3) Cuisinez autant que possible sans corps gras : à la vapeur, à l'étouffée, au grill, au wok…

4) Évitez la charcuterie, à l'exception du jambon maigre.

5) Limitez les produits industriels qui contiennent des acides gras trans : viennoiseries, biscuits, gâteaux, plats cuisinés, sauces, pâtes à tarte…

6) Privilégiez le poisson ou fruit de mer aux dépens de la viande.

7) Consommez au moins deux fois par semaine des poissons gras, riches en acides gras polyinsaturés (oméga-3) : saumon, thon, sardine, hareng, maquereau…

8) Limitez les produits laitiers d'origine vache, préférer les fromages et yaourts de brebis ou chèvre.

9) Ne consommez pas plus de deux œufs par semaine.

10) Consommez suffisamment de fibres : fruits, légumes, pain complet ou semi complet BIO féculents et légumineuses.

11) Augmenter les antioxydants protecteurs que sont les vitamines C, E et le béta-carotène, les caroténoïdes, les polyphénols

12) Apporter une fois par semaine des protéines exclusivement végétales (association de légumineuses et de céréales ex lentille + riz ou semoule + pois chiche ou haricot rouge + mais....)


Enfin, limitez votre consommation d'alcool (pas plus d'1 à 6 verres par semaine), faites trois repas par jour, à heures régulières, assis à table et au calme, et ne grignotez pas !

Pratiquer une activité physique quotidienne


Peu de personnes savent qu'une activité physique régulière et quotidienne est bénéfique pour le cholestérol.

shdv02-eudoxieCela ne veut pas forcément dire faire duà l’extrême, mais un  petit peu chaque jour selon vos capacités : préférer les escaliers à l’ascenseur et à l’escalator, préférer la marche à pied à la voiture pour les courts trajets. Débuter en douceur en faisant des échauffements avant de commencer et à la fin de l’effort. 30 minutes de marche suffisent à entretenir sa santé : marche sans interruption, avec un léger essoufflement pendant 15 à 20 minutes... et tous les jours.

Adapter son style de vie

tabacArrêter le tabac, l'oxyde de carbone prend la place d'une partie de l'oxygène transporté par le sang et favorise le dépôt de cholestérol sur les parois. La nicotine accélère le cœur, augmente la pression artérielle, fait baisser le bon cholestérol, et favorise la formation de caillots. Au niveau des artères coronaires il peut entraîner des infarctus, au niveau des artères cérébrales il y a un risque de paralysie...

tensionSurveiller sa tension artérielle, L'hypertensionest aussi un facteur de risque. Elle correspond à une pression trop élevée du sang dans les artères. Elle atteint toutes les artères et favorise un dépôt de graissesur la paroi avec les mêmes conséquences que l'excès de cholestérol. L'hypertension entraîne une fatigue prématurée du cœur et peut provoquer une insuffisance cardiaque.

Diminuer le stress et perdre du poids si nécessaire.            

La meilleure recommandation diététique est donc de manger des aliments qui contiennent beaucoup de nutriments. Évitez les calories vides.

Attention aux index glycémiques

Puree1Les dernières recherches indiquent que les sucres à index glycémiques élevés dans l'alimentation pourraient être ce qui provoque des taux de cholestérol élevé dans le sang. En effet, à dépense calorique égale un aliment à index glycémique élevé stimule plus la fabrication d’insuline qu’un aliment à index glycémique bas. L’insuline, présente à un taux trop élevé dans le sang, va entraîner une augmentation de la pression artérielle, du taux de mauvais cholestérol (le LDL-cholestérol), une baisse du bon cholestérol (le HDL) et favorise l’inflammation et la formation de caillot de sang (pouvant alors boucher une artère). A contrario, la consommation des aliments à index glycémique bas entraîne une baisse du taux de triglycérides et de mauvais cholestérol (le LDL) dans le sang.

Les glucides a IG haut sont le sucre blanc, pain blanc, riz blanc et autres grains polis, les pommes de terre, les aliments raffinés et industriels, les fruits séchés, les confitures, le melon et la pastèque et bien d'autres encore (pour plus d’info : http://www.montignac.com).

Les glucides à IG moyen ou bas sont les fruits, les légumes, les légumineuses entières, les céréales complètes, les produits laitiers, les viandes, les poissons et les œufs. Ils contiennent un mélange complexe de substances nutritives, les graisses et les fibres. La plupart des aliments d'origine végétale contiennent du cholestérol comme des substances appelées phytostérols, ainsi que des antioxydants qui empêchent l'oxydation des graisses dans le sang, qui est le plus grand danger.

Le cholestérol comme pansement

Les radicaux libres sont des molécules d'oxygène instables et incomplètes qui peuvent se retrouver dans l'organisme et qui tentent de s'accoupler à des éléments de nos propres cellules afin de se compléter. Dans l'opération, ils détruisent alors des cellules saines notamment celle des parois artérielles, ainsi l'apparition de la plaque d’athérome peut être une réaction d'auto-défense de l’organisme face à des dommages causés par des substances oxydantes et inflammatoires.

Les radicaux libres entraînent des dommages à notre organisme un peu comme la rouille sur le métal. L'oxydation provoquée par les radicaux libres exerce une action similaire en s'attaquant aux tissus et aux cellules de l’organisme. Ici, le cholestérol vient obstruer  la paroi intérieure de l’artère comme le ferait un pansement. Cette réaction est totalement naturelle.

Mais alors ne devrions nous pas agir sur l’oxydation ?


Evidemment, d’ailleurs, la nature à mis à notre disposition tout ce dont nous avons besoin : les antioxydants.

Fruits et légumes frais sont bourrés d'antioxydants, surtout lorsqu'ils sont :

Vert : (épinards, blettes, petits pois),

Rouge (poivrons, tomates, cerises, groseilles),

Bleu (myrtilles, mûres, cassis, aubergine avec la peau),

Mais on en trouve aussi énormément dans le pamplemousse, le raisin et le vin. Ces antioxydants qui parfument et colorent les végétaux s'appellent des « polyphénols ».

Préférez les fruits et légumes biologiques, cultivés près de chez vous : moins ils auront été transportés et stockés dans des frigos, plus ils seront riches en antioxydants et substances nutritives.

Bien entendu, il n'est pas toujours possible, tous les jours, de manger autant de fruits et légumes frais que nécessaire, c'est pourquoi il peut être intéressant d’avoir recourt à une supplémentation d’antioxydants sous forme de jus spéciaux (comme le jus de grenade ou de Goji) ou de compléments alimentaires.


Lesquels choisir

Le béta carotène fait partie de la famille des caroténoïdes. L’absorption du bêta-carotène se fait dans l’intestin grêle proximal. N’étant pas synthétisé par l’organisme, il doit obligatoirement être fourni par l’alimentation. Le bêta-carotène se transforme en pro vitamine A  quand l’organisme en ressent le besoin. Par conséquent, il en possède les mêmes actions sur l‘organisme.

carotteAttention, il peut jouer deux autres rôles opposés suivant la concentration à laquelle il se trouve :

Agent antioxydant à faible concentration : le bêta-carotène possède des propriétés antioxydantes. En effet, il peut neutraliser des radicaux libres et des formes très réactives de l’oxygène, impliqués dans le vieillissement des cellules.

Agent pro-oxydant à forte concentration : en trop forte concentration, peut avoir des effets pro-oxydatifs. Il stimule la production d’espèces réactives de l’oxygène, composés destructeurs pour les cellules. De plus, le béta-carotène et les caroténoïdes présents en trop grande quantité peuvent diminuer la teneur en vitamine E (antioxydant majeur) présent dans les cellules.

Associer à  la Vitamine E et Vitamine C et en bonne proportion, il agit au cœur de la cellule pour protéger les graisses de l'oxydation. En effet, la graisse oxydée forme ce mauvais cholestérol qui reste piégé dans la cellule et ne peut être évacué. Le Béta-Carotène permet donc une diminution du taux de ces mauvaises graisse donc du cholestérol, et prévient ainsi son accumulation dans les vaisseaux. Présent uniquement dans le monde végétal, la consommation de fruits et légumes frais se doit alors d’être encouragée avec la consommation de carottes, melons, abricots, mangues, épinards, feuilles vertes de salade, patates douces, persil,…Pour favoriser l’absorption des caroténoïdes l’ajout de matière grasse est vivement conseillée.

chocolat_0Les polyphénolssont des antioxydants très puissants très abondants dans le vin, le thé vert, les pommes vertes, les oignons, les céréales, les olives, les légumineuses, le chocolat.  Puissants inhibiteurs d'enzymes pro radicalaires, ils se comportent aussi comme des épargneurs de vitamine C, des antioxydants vis-à-vis des LDL, et surtout des protecteurs des bases de l'ADN face aux attaques des radicaux libres.

 

fruit rougeLes flavonoïdessont d'importants polyphénols antioxydants. Ils comprennent les anthocyanines (qui donnent leur couleur rouge ou bleue à la majorité des fruits et légumes mais aussi des fleurs), les flavanols sous forme d'épigallocatéchine-3-gallate (EGCG) dans le thé vert, les isoflavones sous forme de daidzéine dans le lait de soja et les flavonols sous forme de quercétine (pommes, oignons, ginkgo). Ils ont tous un effet bénéfique sur la circulation sanguine: ils empêchent les plaquettes d'adhérer trop facilement les unes aux autres. Agissant sur la fluidité du sang un peu comme le fait l'aspirine, ils évitent la formation d'un bouchon, d'une thrombose responsable de la crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral.

 

cannebergeLe resvératrol est extrait de la peau des raisins rouges, de myrtille, de canneberges et de grenade.). C’est un stilbénoïde doté de puissantes propriétés antioxydantes. Il est connu pour réduire la graisse excessive aux individus. Il revitalise le métabolisme et donne des résultats positifs aux personnes en surpoids.

Le CoQ10 est une structure liposoluble appelée également ubiquinone du fait de son "ubiquité" ou omniprésence dans presque toutes les cellules de l'organisme. Le CoQ10 est une molécule essentielle à la production énergétique des mitochondries.
Les mitochondries transportent à travers la cellule l'énergie libérée par les processus oxydatifs sous la forme d'adénosine triphosphate (ATP). Par ailleurs, le CoQ10 a également des caractéristiques antioxydants complexes. Le CoQ10 réduit les radicaux libres et protège la membrane cellulaire contre le stress oxydatif. En outre, il semblerait qu'il intervienne dans la régénération d'autres antioxydants, comme la vitamine C, les tocotriénols (vitamine E) et les caroténoïdes comme l'astaxanthine, en les régénérant chaque fois qu'ils se font oxyder.
Il contribue à  la croissance cellulaire et ralentit l'apoptose. Le CoQ10 est un élément organique synthétisé au cours du même processus que le cholestérol.

Les radicaux libres endommagent de nombreuses molécules cellulaires importantes telles que l’ADN. L’effet destructeur de ces radicaux libres joue un rôle important dans la prévention et la formation du cancer. Leur destruction est donc essentielle au maintien de l’homéostasie du corps.
L'origine du CoQ10 à une grande importance sur la qualité, le prix s’en ressent également. Quatre pays sont producteurs de CoQ10, la Chine, L’Inde et le Japon et les USA. Lorsque cela est possible, préférez l’origine Japon ou USA, la pureté et le mode d’extraction en feront un complément de meilleure qualité. Sachez que selon la  provenance le produit sera plus ou moins élevé. Mais aucune autre substance n'alimente vos cellules et ne capture les radicaux libres dès leur apparition – à l'intérieur de la cellule elle-même – tout en travaillant avec d'autres antioxydants pour traquer les inflammations dans tout votre organisme.

Du fait de la ressemblance de structure entre le CoQ10 et la vitamine K, la complémentation ne doit pas être concomitante avec la prise de warfarine (Coumadine®, anti-vitamine K) ;

Le CoQ10 doit être évité chez l’insuffisant hépatique ou la personne porteuse d’une obstruction des voies biliaires, et chez le diabétique lors de la prescription concomitante de médicaments hypoglycémiants.

Les moyens naturels 

La levure de riz rouge, Monascus purpureus est une levure cultivée sur du riz. Suite à un processus de fermentation, elle produit un pigment rouge caractéristique connu sous le nom de « Levure de riz rouge ». La monacoline K contenue dans la levure de riz rouge se comporte comme les statines de synthèse, mais serait plus efficace grâce à la présence de cofacteurs. Celle-ci contient en effet des stérols (bêta-sitostérol, campestérol, stigmastérols et sapogénine), des isoflavones et des acides gras mono insaturés. Ces derniers favorisent la baisse des niveaux de triglycérides tout en augmentant ceux du HDL.

 

Ail-2L’ail est un excellent inhibiteur de l’HMG-CoA réductase et des enzymes hépatiques impliquées dans la lipogenèse. Il permet une augmentation de l’élimination des sels biliaires dans les selles ainsi que de l’activité des lipases dans le tissu adipeux. Pour obtenir cette action, l’extrait choisit doit contenir 3 classes de principes actifs ayant fait la preuve de leur efficacité hypolipémiante.

  • Les sulfides (DADS, DATS, MATS) : action sur la HMG CoA réductase corrélée avec une diminution des taux de LDL et triglycérides.
  • Les vinyldithiines : activité hépatique corrélée à une augmentation des HDL et de l’activité hypotensive et anti-thrombotique.
  • Les ajoènes : hypotensifs, anti-agrégeant plaquettaires, activité anti-thrombotique.

 

noixLes phytostérols sont des lipides végétaux que l’on retrouve notamment dans certains fruits, légumes et céréales. Les aliments qui en contiennent le plus sont les huiles et les margarines, ainsi que les noix et les graines. Ils ont une structure chimique très proche de celle du cholestérol. C’est pourquoi ils entrent en compétition avec le cholestérol dans la formation des micelles. Ayant une plus grande affinité, ils déplacent le cholestérol libre vers la lumière intestinale, en empêchant la réabsorption des particules à travers les parois intestinales. Le cholestérol ne sera donc pas absorbé et sera éliminé dans les selles. Il est cependant très difficile d’obtenir une dose thérapeutique de phytostérols par l’alimentation uniquement, une supplémentation est impérative si l’on choisit ce type de traitement.

La lécithine de soja constitue un émulsifiant naturel de choix, elle est à l'aise autant dans les milieux aqueux que les milieux adipeux. Elle est capable de s'attacher à une molécule d'eau. La lécithine peut donc faire le pont entre le gras et l'eau. C'est elle qui permet au sang de pouvoir véhiculer autant les matières hydrosolubles que les matières liposolubles, ce qui favorise la solubilisation des corps gras dans le sang, notamment le cholestérol, et empêche leur dépôt sur la paroi des artères. Mais l'action de la lécithine de soja ne s'arrête pas là ! Elle est riche en choline et inositol, intervenant sur le métabolisme hépatique des graisses, augmentant le taux de bon cholestérol et diminuant le taux de mauvais cholestérol... On reconnaît d'autre part au soja d'excellentes propriétés de stimulation du cerveau, grâce à sa forte teneur en phospholipides (action sur les troubles passagers de la mémoire

L'huile de riz, sans doute parce que des phytostérols, des lipides et des acides aminés présents dans cette huile réduisent encore l'absorption du cholestérol.

Les polycosanols sont des composés qui se trouvent dans la canne à sucre brut, très efficace pour empêcher la production de cholestérol mais ne détruisant pas la synthèse de la  COQ10. Il réduit l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (LDL), diminue l’agrégation plaquettaire et a un effet vasodilatateur.

La canneberge, cette petite baie rouge au goût acidulé modifie les paramètres du cholestérol (augmentation des HDL, diminution des LDL). Elle ne remplacera pas les médicaments anti-cholestérol chez les personnes qui ont des problèmes lipidiques graves, mais pourrait aider à prévenir la détérioration de l'état de santé des personnes prédisposées aux problèmes lipidiques. Il faut encourager la consommation de jus de canneberges en prévention.

olivierL’olivier  a une action favorable sur  hypertension artérielle,  insulinorésistance, les dyslipidémies, et sur les facteurs de risque vasculaire (antécédents familiaux d’accidents vasculaires, tabagisme, sédentarité, HDL-C diminué, triglycérides augmentés, hyperferritinémie…).


L’artichaut et le radis noir
: Ils sont reconnus pour avoir une activité hypolipémiante, cholérétique et cholagogue.

 

spi_heap_full_1La  spiruline. L’étude  la plus récente  (2007) sur l’homme montre que des personnes ayant consommé 4,5 g de spiruline pendant 6 semaines voient leur taux de « mauvais » cholestérol (LDL) baisser, celui du « bon » cholestérol (HDL) augmenter, et les triglycérides baisser. Mais si la prise de spiruline s’arrête ou n’est pas régulière, les taux de cholestérol reprennent leurs valeurs initiales. Ce phénomène d’amélioration du taux de cholestérol serait dû à la stimulation d’une enzyme par la spiruline, la lipoprotéine lipase, enzyme clé dans le métabolisme des triglycérides et des lipoprotéines.

La pomme pauvre en calories : 1 pomme de 100 gramme contient 40 à 50 calories, elle est riche en fibres et diminue l'absorption de cholestérol et de lipides dans les intestins.  

Les moyens chimiques

Les médicaments

Ils sont parfois nécessaires en cas d’échec du régime. Il existe trois types de médicaments disponibles :

      Les statines qui agissent sur la production du cholestérol par le foie.

      Les fibrates qui permettent de diminuer le cholestérol circulant dans le sang.

      Les résines, inhibiteurs de l'absorption intestinale du cholestérol, acide nicotinique.

En pratique, les statines sont les médicaments très souvent prescrits mais attention, la prise régulière de statine peut entrainer des effets secondaires :

    Douleurs ou faiblesse musculaires,

    Fatigue,

    Troubles de la mémoire et de la concentration,

    Troubles du sommeil,

    Troubles sexuels,

     Difficultés à réguler leur température corporelle.

De plus en bloquant la production de cholestérol elles bloquent également celle du CoQ10 !  Cela aboutit à une baisse du niveau de CoQ10 dans les mitochondries, et donc à une baisse de la production d'énergie cellulaire, avec des effets évidents sur les muscles, à commencer par le cœur – et une plus grande vulnérabilité aux radicaux libres. Prendre du CoQ10 est donc être crucial pour les personnes sous statines.
Dans de rares cas, les statines de synthèse peuvent entraîner des lésions du foie importantes en augmentant les taux d'enzymes hépatiques. Étant donné que ces problèmes peuvent se développer en l'absence de symptômes, les personnes qui prennent des statines doivent effectuer des tests réguliers pour évaluer leur fonction hépatique.

Les statines de synthèse peuvent également entraîner un trouble appelé rhabdomyolyse, qui provoque la fragmentation des cellules musculaires et la libération d'une protéine appelée myoglobine dans la circulation sanguine. Cette protéine peut entraîner une insuffisance rénale.

L’épuration sanguine

Dans les hypercholestérolémies sévères, l'épuration sanguine, et plus précisément la LDL-aphérèse se présente comme une solution efficace mais méconnue. Elle consiste à «laver» le sang de l’excès de cholestérol qui peut se déposer sur les artères, grâce à une technique simple, similaire au principe de la dialyse rénale.


Mlle ORTIGUE Vanessa
Naturopathe – Réflexologue
http://www.vanaroms.fr