medium_allergies

Chez tous les individus existe un système de défense contre tout type d'agression. C'est le système immunitaire. Il est composé entre autres d'anticorps, substances, chargés de repérer l'agresseur (l’allergène) et de le neutraliser.

Lorsque l'allergène pénètre dans l'organisme par les voies respiratoires, les voies digestives ou même par simple contact, l'anticorps apprend à l'identifier en l’étudiant. 

Lors de ce premier contact entre l'allergène et l'organisme, ce dernier va le mémoriser grâce à ses cellules immunitaires (macrophages et lymphocytes). La suite dépend de la façon dont l'organisme va le considérer : soit il le considère comme n'étant pas dangereux, et il l'éliminera ; soit au contraire il va le considérer comme dangereux et mettre en place une énorme réaction immunitaire, totalement disproportionnée, la réaction allergique

Lors de ce premier contact, il ne se passe rien, l'organisme est alors simplement sensibilisé contre l'allergène. Lors du deuxième contact, c'est là que tout se complique. L’allergène est reconnu par un type de globules blancs (les macrophages) au niveau de la peau et des muqueuses et va produire un neurotransmetteur : l’Histamine, dont va découler tous les symptômes. Cette libération d’histamines, de leucotriènes et d’autres substances inflammatoires minoritaires vont aller irriter les cellules épithéliales du nez, de la gorge des yeux etc… Tout se passe alors comme si l'organisme utilisait un missile pour détruire un moustique : il provoque bien plus de dégâts que ne l'aurait fait le moustique lui-même.  Plus les contacts vont se répéter, plus les crises risquent d'être sérieuses.

L’allergie se manifeste donc lorsque le système immunitaire de l’organisme sur-réagit au contact de substances telles que la poussière, les pollens, les poils d’animaux et certains métaux.

Les allergies respiratoires se caractérisent  par des éternuements, des irritations des yeux, des obstructions nasales, des larmoiements, le nez qui coule, démangeaisons du nez et/ou du palais, une fatigue généralisée etc.

Quand la cause est le pollen, on parle alors de rhinite,  allergique, saisonnière ou rhume des foins.

Les pollens responsables de rhinite allergique proviennent principalement : des pollens d’arbres et des pollens de graminées, dont les périodes de pollinisation varient selon les espèces (de mars à septembre).  

huile-essentielle-de-cypres-bio-image-1350-moyenne

Les principaux pollens d'arbres

  • Les cupressacées : cyprès, thuya
  • Les oléacées : frêne, olivier
  • Les platanacées : platane
  • Les bétulacées : bouleau, charme, aulne, noisetier
  • Les fagacées : chêne, châtaigner
  • Les salicacées : peuplier, saule
  • Les tiliacées : tilleu

Les principaux pollens de graminées

  • Graminées fourragères : dactyle, phléole, ivraie, pâturin, fétuque, chiendent.
  • Graminées céréalières : blé, orge, mais, avoine, seigle.

 

Les médecins, allergologues et autres pneumologues, ont toute une série de solutions toutes faites pour soulager ou supprimer ces allergies :

1) Supprimer le contact avec les allergènes.
2) Prescription d’antihistaminiques.
3) Si le problème dure et gêne trop, prise de corticoïdes.
4) Ensuite vient la désensibilisation.

Tous ces traitements ne font qu’effacer les symptômes en court-circuitant le système immunitaire, en le modifiant, en l’endormant. Mais est-ce bien la solution quand notre corps ne sait plus se défendre ? Ne serait-il pas préférable de prévenir et ainsi limiter les désagréments causés par ces allergènes ?

Endormir vos défenses n’est pas la solution...

Pour le naturopathe, l’allergie n’est pas un hasard, une hérédité ou une cause externe que l’on pourrait combattre. Il étudie le terrain pour le rééquilibrer et comprendre les causes de l’affaiblissement du système immunitaire  et celle de la perturbation de l’écosystème intestinal. Elles peuvent être très diverses parmi l’alimentation, la sédentarité, le stress, l’intoxication. Si le système immunitaire est affaibli, la flore intestinale peut être déséquilibrée, la muqueuse intestinale peut être poreuse et ne fera alors plus le tri entre les substances bénéfiques et nocives. L’intestin concentre énormément de cellules immunitaires de l’organisme.

Déterminer la ou les substances allergisantes est bien sûr la première chose à faire et si possible évité d’être en contact.

Ensuite le traitement de terrain de fond est important, par un rééquilibrage des équilibres nutritionnels, digestifs et de  psychologique.

1) Alimentation saine de saison. Eviter les laitages de vache en excès et le gluten (pain, pâtes, farines de blé), Privilégiez les fruits et légumes frais. Limiter les sucres raffinés.
2)  Faire régulièrement et surtout à l'entrée et à la sortie de l'hiver un drainage hépatique. Le foie est un organe essentiel pour un fonctionnement optimal de l’organisme.
3) Apporter de bonne huiles, comme celle de cameline ou de lin de première pression à froid -1 cuillère à soupe/jour-. En complément des huiles d'olive ou de colza.
4) Supplémenter en Oméga-3 par les poissons gras ou capsule d’huile de poisson.
5) Débuter une cure de Magnésium d’origine marine.
6) Limiter les toxiques comme : le Nickel, les additifs alimentaires (conservateurs, colorants, arômes, releveurs de goût, glutamate de sodium), les édulcorants de synthèse: aspartam, saccharine, les nitrites très présents dans les charcuteries, fromages fermentés, viandes saumurées.
7) Utiliser des moyens naturels pour traiter la crise et restaurer le terrain.

La pharmacopée naturelle est pleine de remèdes préventifs.

Quercétine

C’est un puissant inhibiteur de la libération d’histamine par les basophiles et les mastocytes. Même à de faibles doses, la quercétine, à la différence de la plupart des substances antihistaminiques inhibe fortement et efficacement la libération d’histamine au premier et second stade de sa libération par les basophiles. Elle possède aussi une action anti-inflammatoire. Elle est indiquée dans toutes les situations inflammatoires parce qu’elle inhibe la formation des médiateurs de l’inflammation : les prostaglandines (Cox2) et les leucotriènes, en même temps que la libération de l’histamine.

Vitamine C naturelle

Elle diminue la sensibilité à l’histamine, responsable des phénomènes allergiques. Elle agit comme un antihistaminique naturel. C’est un antioxydant essentiel au niveau du parenchyme pulmonaire. La vitamine C est même l’antioxydant principal de la muqueuse bronchique,  protégeant celle-ci à la fois des oxydants endogènes et exogènes (polluant, tabac, allergènes…). Elle va piéger les radicaux libres produits lors de la dégranulation des mastocytes survenant au court d’une réaction allergique. Elle va avoir un effet antihistaminique direct par dégradation non enzymatique de l’histamine.

Bromélaïne

En temps qu’enzyme protéolytique, la bromélaïne va permettre d’accroitre l’absorption de certaines substances comme la quercétine. On lui reconnait certaines propriétés comme, une action positive sur le système immunitaire. En effet  elle inhiberait la production des prostaglandines qui causent l'inflammation.  Les réactions allergiques nécessitent la libération d’un excès de prostaglandines pro-inflammatoire qui contribuent à l’enflure, à la rougeur et aux démangeaisons. Ainsi la bromélaïne et la quercétine agissent en synergie pour réprimer l’inflammation des réactions allergiques.  

Manganèse

Il s'agit d'un oligo-élément indispensable, il intervient dans certaines métalloprotéines telles que la superoxyde dismutase (SOD) qui bloque l‘inflammation. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres. Le manganèse possède des vertus antiallergiques et peut limiter les dégâts causés par les inflammations. De plus, le manganèse participe à la construction des cellules. S'il fait défaut, les muqueuses deviennent plus perméables, et risquent de laisser passer les allergènes…

Plantain

Le plantain est une plante anti-inflammatoire, antiallergique et stimulante générale. Il améliore les états inflammatoires des voies aériennes dans un contexte allergique mais aussi en cas d'asthme. La feuille de plantain renferme dans sa composition des iridoïdes dont le principal est l'aucuboside. L'aucuboside a des propriétés antibactériennes et antitussives utilisées pour soigner les affections broncho-pulmonaires. Il sera donc un précieux allié dans toutes les manifestations respiratoires allergiques et sur la composante inflammatoire des bronchites, pharyngites et laryngites. Le plantain est également efficace dans les conjonctivites, soit par voie orale pour une action générale soit sous forme de collyres destinés à calmer les irritations.

Les huiles essentielles d’estragon ou de Tanaisie donneront d’excellents résultats. On les utilisera plutôt  en prévention, avant et durant les périodes à risques. Comme il y a un terrain allergique, il faut prendre toutes les précautions d'usage. Faire un test en mettant une légère trace sur la langue et à la moindre réaction allergique, renoncer à l'utilisation des huiles essentielles. Si tout se passe bien, prendre 1 à 2 gouttes sur un comprimé neutre.

Homéopathie

Outre les classiques Histaminum et Poumon histamine, citons : 

Euphrasia officinalis pour la personne qui présente un écoulement oculaire irritant et des éternuements, 
Allium cepa, pour celui dont l'écoulement oculaire est au contraire doux, avec également beaucoup d'éternuements, 
Sabadilla officinalis, pour celui qui présente des éternuements très fréquents, violents, avec écoulement abondant par le nez et les yeux. 

Les infusions

Pour les yeux : larmoiements, irritations, utiliser les fleurs de bleuet, de camomille, de sureau, en applications sur une compresse.  On les prépare en infusion (5 à 6 mn)  après une légère décoction (bouillir 2 mn). Ensuite on laisse un peu refroidir et on lave l’œil avec des compresses imbibées. 0n peut évidemment mélanger ces trois fleurs et les utiliser ensemble pour un traitement encore plus efficace.

Attention au miel

-les-miels-et-pollens-bio

On l’oublie mais le miel et la gelée royale (connue pour leurs vertus immunomodulantes) peuvent aussi, paradoxalement, provoquer de violentes réactions chez les personnes les plus sensibles. Ces substances nobles préparées à partir de sécrétions d’hyménoptères, de pollens et de sucre peuvent contenir jusqu’à 10 000 grains de pollens par gramme !

Mlle ORTIGUE Vanessa
Naturopathe – Réflexologue
www.http://vanaroms.fr